Journal de Confinement - Jour 4

J4 du confinement. Une communauté grandissante d'auteurs, confinés comme la totalité du pays, partagent leur ressenti, leurs occupations et leurs questionnements. Rejoignez-nous.

Journal de Confinement - Jour 4

Confinement de Richard

Jour #4 – Demain c’est le printemps

Sans les autres, qu’est-ce qui fait qu’on est nous-même ?
Bilan confinement semaine 1,
Merci à ceux qui prennent des nouvelles :
Je vais bien.

Cerveau ne veut pas se calmer, je me sens seul à mort.
On vient de m’installer la Wi-Fi juste à temps !
Je veux juste un câlin, même pas faire l’amour…
J’ai bouffé ma 4G, fini Friends en 3 jours.

Café noir comme néné pour chasser les idées bêtes.
Je vais sortir de ma chambre, pour ne plus jamais y retourner seul :
Je travaille mes abdos, mes fessiers.
Parler à quelqu'un - Prêt à payer 135 pour le sermon d’un officier.

La ville est vide et immense, mon appart' est petit je le rempli,
Fou comme on se sent vite cloîtré,
Une telle envie de rien, qu’elle donne envie de taffer,
Tête chauffe, j’appuie mon front sur la vitre glacé.

Dehors la ville est vide et immense,
Je lui invente des vies, j’ai oublié que je suis dedans.
Le confinement c’est plus long que le plus long des dimanches.
Je vais bien, promis m’man, je ne vais pas me promener nan.

J’ai adoré en manquer, et maintenant j’ai plein de temps.
J’ai besoin d’un ami, pas besoin d’un médecin,
Ce soir je vais bien.
Paris - 20 mars 2020… Demain c’est le printemps.


Confinement de Zewed

Confinement. Jour 4. Je n’ai pas entendu une ambulance. Je suis rassuré. La ville de banlieue dans laquelle je séjourne, ou du moins mon quartier, ne semblent pas touchés. C’est probablement bête comme pensée. Mais le confinement va être long. Par tous les moyens, je chercherai à faire disparaitre chacune de mes montées d’anxiété.

Je passe la plupart de mon temps sur la terrasse. Je suis au premier étage. Orienté plein Nord, il y a peu de soleil. En face de moi, tous les jours, un parc fermé. La verdure me hurle de la rejoindre. Elle me nargue, couché face aux étoiles, de tous les rayons qu’elle boit. Les barrières qui m’y séparent sont enjambables. Elles ne peuvent pas me blesser, seulement me couter 135 euros. Je résiste tant bien que mal.

J’imagine souvent les scènes de liesses qui suivront. Nous sommes en situation de famine sociale. Mais après, nous mangerons la vie à grandes bouchées, en causant fort et en riant. Nous câlinerons les autres, nous boirons à la santé et nous nous révélerons sans artifices, aucun. Nous respecterons les secondes, minutes, heures et jours qui nous seront offerts, en les choyant, en les remerciant.
C’est mon espoir. Je n'ai jamais été aussi certain d'adorer vivre.

Confinement de Joumi

Lorsque je suis descendue ce matin pour prendre mon petit-déjeuner, ma chienne Foxy m’a accueilli comme à son habitude. Tellement heureuse de me voir réveillée, moi qui vient rompre la solitude de sa nuit. Elle semble ravie de ma présence à la maison, de celle de mon mari même si comme pour nous, nos grands enfants lui manquent.

Je pense à toutes ces personnes que j’admire, dont ma formidable fille, qui consacrent ou désirent ardemment consacrer leur vie à la cause animale.

Je comprends que depuis plusieurs jours, les associations animales disent devoir faire face à une intensification  inquiétante des abandons, alors même que les refuges sont déjà saturés. Dans ce contexte, "la SPA alerte les Français sur une situation catastrophique concernant nos animaux de compagnie" et en appelle à "la responsabilité des propriétaires à ne pas croire les rumeurs à (leur) sujet, qui pourraient avoir des conséquences catastrophiques en termes d'abandons".

Je vous en prie, faites preuve de courage ! Dépassons ensemble nos peurs archaïques en préservant l’optimisme et l’espoir. Convaincue que c’est au calme que nous reconnaissons le véritable courage, c’est avec ce même calme que j’accueille cette nouvelle journée. Merci la vie !

PS : Ce serait quand même bien que je fasse un peu de sport… je regarde mon vélo d’appartement depuis plusieurs jours et ne suis pas encore montée dessus.

Confinement de Nats

Petit regain d'énergie très sympathique aujourd'hui ! En allant faire quelques petites courses ce matin pour préparer une délicieuse tarte à la vanille je me suis mis à rêver et à écouter le champ des oiseaux. Que la Nature est belle quand on y prête attention. Belle au point que l'on s'y désintéresse. Elle nous nourrit, loge, vêtit et nous nous la détruisons. Quelle espèce ingrate nous sommes !

Animal Crossing New Horizons

Petite bonne nouvelle de la journée: Animal Crossing New Horizons vient de sortir ! Quel délice ce petit jeu de Nintendo. Moi qui ne pensait pas que les jeux vidéo m'aiderait pour le confinement, quelle erreur ! Pour être certain de pouvoir en profiter dès aujourd'hui, j'ai lancé le téléchargement du jeu dès hier. Et c'est avec plaisir que je me retrouve sur ma petite île déserte à récolter des fruits et couper des arbres. Après une ou deux heures passé dessus, que le temps est relatif en confinement, je me suis rendu compte que ce petit jeu allait aider beaucoup de personnes.

J'attends demain avec pleins d'espoirs et soutiens de tout mon coeur le corps médical.

Confinement de Lex

La baie vitrée du salon est grand ouverte, le soleil inonde mon nouvel espace de vie et de travail. Le soleil ne me caresse jamais de ces doux rayons au bureau. Je passe par de drôles de moments, tantôt euphorique, tantôt déprimant.

Soyons honnêtes, c'est pas mal de bosser depuis chez soi ! Je fume au travail, je ne me maquille pas, j'ai les cheveux en bataille, je porte un jean troué et un pull dix fois trop grand pour moi, personne ne me dit rien. Et puis on se rappelle la raison pour laquelle on est confiné... Je ne suis pourtant pas la plus à plaindre. Mais ce revirement nous confine en tête à tête avec nous même qu'on le veuille ou non. Pas hyper bien installée sur ma nouvelle chaise de bureau improvisée, je peux au moins mettre ma musique en fond... On ne veut jamais vraiment se retrouver en tête à tête finalement...

Et puis je reçois cette invitation à participer à 'sous la pluie'. Le temps de cet instant, de ma réflexion, High Hopes des Floyd passe et j'entends les oiseaux dont le piaillement n'est plus pollué de klaxons, d'embouteillages, de cris en tout genre... C'est mon plus beau featuring.

Confinement de Floflo

Une journée de plus. Très semblable à la précédente. Je me sens un peu perdu au milieu de rien. Le violent contrecoup du vide. J'étais dans une course effrénée contre le temps, maintenant je le regarde lentement passer. Il me sourit gentiment. J'ai l'impression d'être le petit frère qui court derrière le grand. Il s'adapte à mon rythme pour que je ne baisse jamais les bras mais il a toujours un temps d'avance sur moi.

Je l'occupe consciencieusement, pour ne pas le perdre. Je lis, j'écris, je m'occupe des petites tâches du quotidien et j'essaie de donner un peu de place au travail. Mais le cœur n'y est pas. Il plane entre le ciel bleu et ma tête un nuage noir. Une crainte bien plus préoccupante que la frustration liée à la situation. Elle me paraît absurde parce qu'improbable. Je suis dans la salle d'attente d'un cabinet où je n'ai pas pris rendez-vous. J'attends sagement qu'on m'invite à rentrer chez moi. Mais une porte s'ouvre et la nouvelle tombe. Une personne que j'aime, une personne vulnérable est malade. L'histoire est réécrite, le regard vient de changer. L'attente a maintenant des allures d'éternité. À mon tour de citer mon père. L'éternité c'est long, surtout à la fin.

Confinement de Framboise

(At Home, D4)

Aujourd'hui, je suis partagée entre inquiétude, colère et joie... émotions paradoxales s'il en est.

Inquiétude de constater que beaucoup d'entre nous, totalement inconscients de la gravité de la situaition, sortent avec leurs enfants comme si de rien n'était. En face de chez moi ce matin, c'était la cour de récré : sympa et affolant à la fois !

Colère quand ma fille m'envoie une video de notre tout petit Isaïa de 9 mois, porte-fenêtre ouverte pour avoir de l'air de l'extérieur et voir et entendre une circulation quasi-habituelle en bas de chez eux !

Si au bout de 3 jours à peine, on fait comme si rien ne se passait, on risque de passer un sacré bout de temps confinés totalement !! D'ailleurs, un ami d'Italie vient de m'envoyer un texte du ministère de l'intérieur, nous restreignant beaucoup plus dans les jours à venir, avec un couvre-feu à 18 h... S'il faut en passer par là, ok si on veut que les choses changent vraiment et passer à un autre paradigme !

Nous ne sommes même pas capables de nous servir de l'expérience des chinois qui en sortent à peine au bout de 3 mois en ayant obligé les gens à rester chez eux totalement, dès le début, ni de celle des italiens et des espagnols.

Comme je suis de nature joyeuse, je termine sur une bonne nouvelle... J'ai terminé mon livre youpee ! Reste à relire et corriger et je serai dans les temps pour l'envoyer fin Mars comme promis. Portez-vous bien, vous qui avez créé ce blog, vous mes co-writers et amis ; je vous envoie plein d'Amour, de Joie et de Lumière. À demain, pour un RV qui devient de plus en plus important pour moi, Merci les 3 mousquetaires de cette très belle idée !

Confinement de Litilesiou

Aujourd'hui c'était mission ravitaillement. On affronte d'abord les règles, une personne pour les courses, mon justificatif de sortie manuscrit, et c'est parti. On affronte ensuite l'extérieur : les gens respectent-ils le confinement, l’Intermarché est-il devenu une nouvelle place forte ? Pas vraiment, c'est vide partout. On affronte ensuite les cons, un sourire contre 15 grimaces méfiantes sur 1h30 de courses. C'est grisant. Puis on affronte les moustiques tout au long de la belle aventure de décontamination des produits, 30 piqûres pour un virus. Tout ça est bien dérisoire, parce qu'on n'affronte plus que la peur et la colère en apprenant que son papy de 88 ans a été contaminé.


Alors je réagis comme la plupart des gens, j'insulte. J'insulte tous les irresponsables qui se sentent braves et beaux à sortir sans comprendre que c'est les plus fragiles qui trinquent. C'est de leur faute. Je m'insulte moi-même parce qu'il y a encore une semaine je faisais parti de ces connards irresponsables. C'est de ma faute. J'insulte les autorités parce que si tant de gens n'ont pas compris tout de suite, c'est soit qu'une grande partie de la population est égoïste (ce serait une sacrée surprise), soit que tout n'a pas été fait pour que l'information passe. C'est de leur faute, encore. J'insulte tous ceux qui me disent "mais on s'en fout, nous on est jeune on risque rien". Fermez-là pour voir. Et puis j'insulte Jésus, parce que ça mange pas de pain et ça fait du bien. Lui, c'est sûr, c'est de sa faute. Voilà, aujourd'hui je me suis mis au diapason de la majorité, j'accuse tout le monde sans raison et sans réfléchir. C'est de leur faute à tous si ça va pas. Aujourd'hui, je suis devenu un con parmi les cons. Mais mon papy je l'aime, alors aujourd'hui j'ai le droit... la suite on verra demain, pour vous comme pour moi.


Bref, c'est une belle journée de merde.


Share Tweet Send
0 Commentaires
Loading...
You've successfully subscribed to Sous la Pluie
Great! Next, complete checkout for full access to Sous la Pluie
Welcome back! You've successfully signed in
Success! Your account is fully activated, you now have access to all content.