Journal de Confinement - Jour 27

C'est la tempête ! Une communauté d'auteurs, confinés comme la totalité du pays, partagent leur ressenti, leurs occupations et leurs questionnements. Rejoignez-nous.

Journal de Confinement - Jour 27

Confinement de Stofcri

Depuis quelques semaines, les seules personnes qui nous visitent sont des livreurs.
Nos échanges sont brefs et distants.

Ne plus recevoir de visites, c'est un avant goût de la maison de retraite.

C'est une drôle de solitude que l'on a pas voulue et qui s'impose à nous par peur de l'autre ou parce que l'on fait peur à l'autre.

Se dire que c'est le moment de faire plein de choses dans la maison mais quand on a perdu le goût, tout est insipide, on devient aquaboniste.

C'est fou la capacité de se créer un train train quotidien quand on est contraint de ne pas faire de vague, de pas trop ramener sa fraise dehors.

Le positif dans tout cela, c'est que chaque jour que l'homme passe confiné est une aubaine pour la nature qui elle, était confinée depuis bien trop longtemps.

Comprendrons-nous qu'il y a de la place pour tous ?

La nature ne nous laissera pas d'autre chance.

Confinement de Joumi

Perturbée par la longueur de son ongle, elle cherche à se l’arracher. Elle n’y arrive pas, s’acharne, recommence encore et encore. Elle est dans le salon, au sol, allongée sur son ventre, à proximité de la couverture posée sur le tapis. Elle s’agite, s’agace, ça l’énerve et ça se voit. Elle peine à marcher, ne souhaite plus sortir et préfère rester là. Quasi immobile, à attendre…et puis ça la gratte aussi…ça la démange.

Le confinement l’affecte. Les enfants lui manquent.

Elle me fait de la peine, je n’aime pas la voir si triste, si inconfortable. Alors, je lui propose des distractions, je lui parle, la caresse et l’encourage à être plus joyeuse. Ses jouets sont à son côté, comme pour la réconforter.

Son papa a commandé un coupe ongle sur internet. Il va arriver demain. Alors, elle reprend espoir, partage son sourire majestueux, montre ses dents et aboie en guise de remerciements.

On l’aime notre petite chienne.

Bises

Confinement de Floflo

Je partais pour de l'écriture. En fait j'ai juste fais de la réécritue. Tant pis, aujourd'hui ce sera ça.

Une danseuse au bord du ravin.
Et d'autres danseuses la retiennent terrifiées.
Dans un battement de cils
Elle se précipite dans la pente,
Au bout de laquelle, le grand saut l'appelle.
Dans sa chute,
Par ses yeux embués mais grands ouverts,
Elle voit la lune.

Pour son saut, elle ne reçoit pas de coupe,
Mais une coupe trop pleine la reçoit.
Elle se plonge au milieu d'autres.
Et elle y fait l'effet d'une bombe.
Une bombe qui n'explose pas.
Une bombe qui rassemble.
Et elles renversent la coupe.

Et elles partent ensemble au combat.
Et elles se promettent la lune.
Et derrière elles, un chemin est tracé.
Et derrière elles, d'autres suivent.
Car derrière elles le sol tremble et libère.
Plus puissante que jamais, elles terrifient le monde.

Les obstacles volent en éclats
Il y a quelques bavures.
On les pointe du doigt.
Et l'idiot regarde le doigt.
Et elles regardent la lune.

Au bout du chemin se trouve l'océan.
Un océan très terre à terre
Un océan qui suit la lune.
Elles vont rejoindre et changer l'océan,
Pas la lune.

Et d'autres danseuses se préparent

C'est l'histoire d'une goutte, une goutte d'eau

Confinement de Maillec

Il y a des moments et des sensations qu’il est bon de vivre pleinement.

Celui de goûter une nouvelle recette, plus encore quand c'est un régal.

Les rayons du soleil qui viennent dorer la peau, leur chaleur qui donne la sensation d’être dans un cocon douillet, et leur luminosité qui fait du bien au moral.

Les instants de jeux en famille qui procurent le sentiment d’être bien ensemble et de partager plus qu’une présence.

La musique jouée par mon père qui est toujours associée à un moment joyeux.

La possibilité de faire ce que l’on a envie de faire, au moment où l’on en a envie, sans être pressé par des contraintes imposées par le travail.

Le spectacle des pétales du cerisier qui s'envolent comme des flocons.

L’envie d’en vivre encore qui traduit le plaisir que chacun de ces instants procure.

Confinement de Zewed

Confinement. Jour 27. Je suis étourdi par l’accumulation de jours identiques. J’ai l’impression de me réfugier de plus en plus dans mes pensées. L’impatience a laissé place à une certaine apathie. On me dit que je suis un peu absent. C’est tout à fait vrai. Je n’ai pas grand chose à donner aujourd’hui.

Je me plains le moins possible, je ne suis pas touché par un de ces drames qui rythment les actualités. D’autres vivent bien pire. Mais même si je prétends le savoir, on ne connait de pire que ce que l’on a vécu de pire.
C’est probablement ici que sont fixés les limites de l’empathie. Malgré beaucoup d’efforts pour se mettre à la place de l’autre, je n’arrive pas encore à m’y fondre complètement.

Aller, voyons le positif. Je rechange de bunker tout à l’heure. Peut-être cela me donnera un nouvel élan, je l’espère. Je continue le sport, je continue à écrire et je continue à aimer.

Je vous laisse, je m'en vais prendre conscience de la chance que j’ai.

Confinement de Marion

Face au mur #4

La licorne au milieu du billet a la tête tournée vers la princesse nue, casquée de velours bordeaux et de breloques, des fleurs dans la main gauche, la main droite au col de l’animal. Elles ont en commun les bijoux dorés sur la blancheur des corps et un air de douceur. L’arrière-plan vert d’eau est chargé de motifs oniriques. Dans l’angle droit, en bas, un petit drapeau bleu-blanc-rouge et le logo des Musées de France. Le bord gauche a été déchiré à la hâte par la dame de l’entrée. Sur le côté, on lit « Plein Tarif », et le prix. Dans un ovale, le délicat monogramme du Musée Gustave Moreau.

J’y étais allée seule, pour voir en vrai Jupiter et Sémélé.

Sémélé au milieu de la toile est aussi blanche et nue que la princesse du billet. A demi étendue, Sémélé est pâmée sous le regard du dieu. Dans un instant elle mourra, foudroyée par la splendeur de Jupiter, insupportable aux mortels. Le reste du tableau est un fouillis mythologique magnifiquement opulent – symboles confus, mystères profonds.

Aujourd’hui, dimanche de Pâques de confinement, les musées sont doublement fermés ; mon mur reste ouvert.

Confinement de Litilesiou

Histoire d'une balade au clair de lune

La lumière s'allume sur sa tête, elle découvre le monde autour d'elle. Les yeux protecteurs des parents couvent les rires de leurs enfants, les visages brillants sont tournés vers le ciel. Une constellation se forme et rapidement se transforme. Les étoiles naviguent au gré du vent, dévoilant une toile flamboyante en perpétuel mouvement. En remontant le long des minuscules doigts qui la retiennent, la petite flamme croise le regard facétieux de l'innocence et la candeur réconfortante de la tendre enfance. Sa jeune partenaire la libère doucement, et la voilà qui s'envole rejoindre les astres. A ses côtés, toutes ses sœurs l'accompagnent dans cette danse vagabonde. Elle se laisse voguer, émerveillée par le spectacle qui l'entoure, réchauffée par le cortège dessiné de mille lueurs, éblouie par le sourire lointain de mille enfants. Elle se perd dans l'aventure de ses rêveries. Elle se perd dans le bonheur bohémien de son errance. Elle se perd dans le temps de la contemplation.

Son cœur se met soudain à frissonner. Autour d'elle, plusieurs de ses semblables ne sont plus visibles. L'air est devenu glacial, elle-même vacille de plus en plus. Elle résiste, exaltée par la vigueur nouvelle que lui donne la peur, mais il ne reste bientôt plus qu'elle pour pour éclairer la nuit. Elle aimerait retrouver les petites mains qui la tenaient. Cette image redessine son propre sourire, alors que son imaginaire trace une dernière fois les traits de l'enfant. Il ne lui reste que quelques secondes. Elle jette un dernier regard de lumière vers la Terre... son voyage fût magnifique...

Plus bas, à quelques centaines de mètres, la petite fille n'a pas quitté sa flamme des yeux. Elle verse une larme. Dans le ciel, la dernière luciole vient de s'éteindre.


Share Tweet Send
0 Commentaires
Loading...
You've successfully subscribed to Sous la Pluie
Great! Next, complete checkout for full access to Sous la Pluie
Welcome back! You've successfully signed in
Success! Your account is fully activated, you now have access to all content.