Journal de Confinement - Jour 19

Le soleil revient ! Une communauté d'auteurs, confinés comme la totalité du pays, partagent leur ressenti, leurs occupations et leurs questionnements. Rejoignez-nous.

Journal de Confinement - Jour 19

Confinement de Stofcri

Qu’est-ce que je vais faire aujourd’hui ?
Qu’est-ce que je vais faire demain ?
C’est ce que je me dis tous les matins.

L’état végétatif me guette et bien que j’adore mon jardin, je ne veux pas me fondre complètement dans son décor.

On nous a collé comme si de rien n’était une sorte de bracelet électronique qui nous empêche de quitter les lieux ou alors à nos risques et périls disent-ils ?

Je pense à tous ceux qui sont seuls ou nombreux mais dans des cages à lapins, à ceux que l’on n’a pas le droit de visiter,
Je pense à ceux qui sont loin de leurs familles, bloqués à l’étranger,
Je pense à ceux que cette saloperie a frappé durement,
Je pense que finalement, j’ai de la chance.

C’est le piège, comment pouvoir penser que l’on a de la chance ?

J’en entends certains dans la même logique qui clame haut et fort que l’on a tort de se plaindre, que notre système de santé est le meilleur au monde.
Est-ce une raison pour le dégrader ?

Pourquoi ne pas davantage l’améliorer, le montrer en exemple ?
Avoir de la chance, en être conscient et en être fier.

Confinement de Zewed‌‌

Confinement. Jour 19. Je suis allé faire quelques courses. Aux croisements des passants, je me décalais systématiquement. Je prenais mes distances, tout en leur souriant. « Non non, vous ne sentez pas mauvais, promis ! Seulement, j’essaye de ne pas être un gros lourd qui ne vous respecte pas ».
J’ai pensé aux soirées, dans les bars, quand on croise une fille en allant aux toilettes. C’est exactement le même procédé. ‌‌‌‌

J’ai souri.‌‌‌‌

J’ai une sensation très particulière lorsqu’on me retourne un sourire. Elle est même exclusive à ces moments. Elle est difficile à décrire. Mais en quelques mots, je me sens un peu plus beau, un peu plus important et un peu plus vivant. Puis, ça disparaît sans se presser, avant de renaître au prochain croisement.‌‌‌‌

Bien sur, certains sourires exaltent cette sensation, puisque l'on a besoin de jouer une part dans le bonheur de leur porteur. Alors, en plus de notre propre joie à voir un sourire rendu, on se nourrit, sans égoïsme aucun, de celle de l’autre.

J’ai envie de vous faire sourire.‌‌
J’ai envie de te faire sourire.

Aux tout sourire.

Confinement de Minou

Liste de courses

  • Bananes (pour Maman)
  • Pommes (pour moi)
  • Vinaigre balsamique
  • Lait
  • Lait de soja
  • Petit pois
  • Pastilles lave-vaisselle
  • Farine
  • Oeufs
  • Stylos
  • Pastilles Vichy
  • Chou blanc ou endives ou salade
  • Poireaux
  • Epinards
  • Jus de fruits
  • Herbes de Provence
  • Oignons
  • Citrons
  • Cornichons
  • Olives
  • Galettes de maïs
  • Lait fermenté
  • Fromage de chèvre
  • Tisane Réglisse-Menthe
  • PQ

Depuis quand ai-je aussi peur en allant faire les courses?

Ça semble irréel. Un sentiment d’urgence et de danger suinte des murs du supermarché. Il y a peu de clients. Normal, il est à peine 8 heures. J’espère que dans 6 mois, ca me paraîtra absurde de me lever aux aurores pour des cornichons.


Mais là, c’était d’actualité. Il y a peu de clients. Peu de produits aussi. Les bananes se font rares, les courgettes absentes, la farine, envolée. Je saisi l’un des 3 packs de lait restants - j’ai de la chance! Il y a même du fromage au rayon frais! Ça fait jamais de mal, un peu de reblochon.

Les autres clients ne s’éternisent pas - comme si ce lieu était pestiféré. L’est-il? Qu’est-ce qu’on en sait?

Ça semble irréel. Pourtant, lorsque je sors, ce n’est pas du soulagement que je ressens. J’ai honte. Honte que mon cabas soit plein. Honte d’avoir fait des réserves. Honte de savoir que je devrai revenir.

J’ai pleuré en rentrant. De ma liste, il ne manquait que le chou blanc.

Confinement de Nats

Il aura fallu presque trois semaines de confinement pour que je devienne complètement maniac. Je ne supporte plus le désordre et la saleté. Vivant tout le temps dans mon appartement, j'ai besoin qu'il soit ordonné. Je ne me sens pas bien s'il n'est pas rangé.

Je pense que ce changement de comportement reflète de mon envie de prendre le contrôle sur la situation, ainsi qu'une envie d'avoir un confinement sain. Est-ce-que ce comportement perdura après le confinement, je ne pense pas. Est-ce-qu'il devrait ? Bien sur que oui !  En tout cas ma copine aimerait que ça continue.

Demain c'est Dimanche ! Cela veut dire serpillières et aspirateur dans tout l'appartement. Que je suis excité ! On va passer des heures à frotter, nettoyer, ranger.

Confinement de Louise

Aujourd’hui, ma mère est folle, ou c’était peut-être hier ou avant hier. Je ne sais plus, je ne compte plus les jours, je les vis. Ha si c’était vendredi ! Puisque ma mère nous a mis la sono à fond et on a tous sorti les GinTonic et les bouteilles de rosé en criant « Friday Night Flowwwwww », avec musique et jeux en famille. Mais cette soirée là restera dans ma petite tête pendant longtemps.

J’ai vu mon père pleurer sur Melocoton - Colette Magny.

Dis, Mélocoton, tu crois qu'ils nous aiment?
Ma petite Boule d'Or, j'en sais rien
Viens... donne-moi la main

C’était la musique préféré de son papa. Il regarde la mer, comme nous ce soir, avec son verre de rosé à la main. Ça m’a touché de le voir comme ça. Ça m’a ému.

J’ai vu ma mère se déchaîner sur Le petit pain au chocolat - Joe Dassin.

Elle rêvait mélancolique
Le soir dans sa boutique
A ce jeune homme distant

La musique du dimanche de son papa, qui lui rappelait des souvenirs du brunch du dimanche en famille et musique. Elle nous a filmé, pour lui envoyer. Mais surtout pour lui dire que son papa lui manque et qu’elle a hâte de partir le voir.

Et j’ai vu mon petit frère, avec beaucoup de passion,  danser et chanter en playback sur Le monde ou rien - PNL.

Et j’suis la pomme pourrie qui s’écarte du panier
J’nique ma solitude tant que les poches sont bien accompagnés

Et là.
Je me suis dit : merde.
Bon.

Il me reste encore du temps pour trouver une chanson qui fera rêver mes enfants comme aujourd’hui. Ou hier.

Mais pour l’instant, je vous laisse un souvenir de ma maman à mon âge : It’s a shame (My sister) - Monie Love

Confinement de Floflo

J'ai tout mon temps.

J'imagine que fut un temps ça voulait dire quelque chose. Aujourd'hui on l'a perdu. On s'est donné trop de temps, il est déjà trop tard. Certains retardataires décampent en deux temps trois mouvements. D'autres, foutu pour foutu, donnent du temps au temps. Certains vont jusqu'à expliquer que le temps c'est de l'argent, ce qui est, disons le, complètement con.

Mais on en voit de plus en plus partir devant. Ils font des grands signes. Au temps pour moi, ils les montrent. Et plus le temps passe, et moins il y a de monde à l'arrière, et plus il est facile de distinguer ceux qui traînent. On se rend compte notamment que les leader sont à l'arrière, à l'abri. Ils sont aspiré, porté par le vent. Mais ils le savent, loin derrière, ils sont trop exposé à l'effort. Alors lentement, ils se mettent à bouger. À contre cœur. À contre temps.

Un leader incapable de vivre avec son temps n'en est pas un. Les vrais leaders sont à l'avant. Je me détourne de ceux qui ne m'intéressent plus depuis longtemps. Je ne rattraperai pas le temps perdu, je me dis qu'on peut essayer de regagner du temps pour les suivants. Et les suivant pour les suivants.

Un jour peut-être, ils auront tout leur temps.

Texte à la con. C'est dur d'écrire tous les jours !

Confinement de Litilesiou

Il y a la plage, et il y a la mer. Je la regarde, le temps se perd. Les vagues transportent les flots de pensée, je m'y perd. Personne à l'horizon, ni au large, ni à terre. Seulement la brise légère, l'écume qui se forme et les roulis qui résonnent. On se sent petit. Petit face à la nature, petit face aux éléments, petit face au déploiement de ces forces qui nous dépassent si largement. Mais pas insignifiant.

Cette grandeur immaculée, c'est un décor pour l'imagination. A mesure que les minutes défilent, les visions se forment de plus en plus nettement sur cette mer devenue terre d'espoir. Parmi elles, il y en a une qui revient sans cesse. Un bateau se dessine, éclat blanc sur les reflets bleus, les voiles s'arrondissent, les embruns me caressent le visage. Ça me démange. Je repense à la liberté de nos traversées à vélo et les souvenirs s'emmêlent. J’atterris sur les flans escarpés et boisés de l'île de beauté, mais les montagnes glissent et se transforment bientôt en falaises, alors  que la voiture perce le tableau des cascades d'Islande. Au bout de cette route, il y a le Danemark, cette dune sauvage et les couleurs éternelles d'un soleil couché sur ma mémoire. Ça me démange. Le voilier se reforme.

Derrière moi, il y a la réalité, et il y a mon cousin. Il m'épaule, il me porte, il me sauve. C’est mon phare, c’est mon cob, et c’est pas rien tant je sais si bien dériver. Devant, mon esprit dessine ses rêves au ras de l'eau. Il est là aussi. Et il sera là pour se moquer, lorsqu'à la première sortie de port, j'enverrai le bateau dans le décor. Les fantasmes s'évadent lentement, j'ai repris mes forces.

Je peux rejoindre la réalité, ici comme là-bas, mon cousin navigue à mes côtés.

Confinement de Framboise

Décidément !! Pour moi, le temps devient une autre dimension, dont je perds la notion parfois. J'ai encore manqué l'heure pour écrire et envoyer mes pensées du jour ; hier déjà...

Là, je voudrais rattraper le temps tout de même car c'est un RV important pour moi. Journée douce aujourd'hui ; j'ai ouvert un compte zoom pour tenter de donner un cours de yoga à mes amies demain et à mes participants habituels la semaine prochaine. Je suis contente de vivre cela car je pense que c'est l'avenir et qu'il me faut commencer à prendre l'outil en main.Beaucoup de choses tournent sur internet et il nous faut faire preuve de discernement.

Hier, j'ai reçu une video youtube pour une méditation mondiale et il semble que l'origine soit floue. Compte tenu des réactions suscitées, cela m'a donné à réfléchir sur le discernement dont il nous faut faire preuve de plus en plus et rapidement pour savoir si l'on participe à un évènement, si on transfère une info, etc...

Bref, ce soir si le coeur vous en dit, avec une bande d'amis exclusivement nous nous connecterons à la Terre et enverrons Amour, Harmonie, Paix et Guérison pour Gaïa et pour tous ceux qui en ont besoin en ce moment particulièrement (les malades en tout genres, les populations déplacées, les sans logis) tous ceux proches ou loin de nous qui ont besoin de notre soutien.


Share Tweet Send
0 Commentaires
Loading...
You've successfully subscribed to Sous la Pluie
Great! Next, complete checkout for full access to Sous la Pluie
Welcome back! You've successfully signed in
Success! Your account is fully activated, you now have access to all content.