Journal de Confinement - Jour 14

Ca va comme un Lundi ! Une communauté grandissante d'auteurs, confinés comme la totalité du pays, partagent leur ressenti, leurs occupations et leurs questionnements. Rejoignez-nous.

Journal de Confinement - Jour 14

Confinement de Floflo

La tête encore dans les étoiles, j'espère voir apparaître une constellation pour illustrer le poème qui m'est revenu dans un flash

sur le tableau noir du malheur il dessine le visage du bonheur

Un flash doux et réconfortant, qui s'éteint lentement. Une allumette qui craque.

Trois allumettes une à une allumées dans la nuit
La première pour voir ton visage tout entier
La seconde pour voir tes yeux
La dernière pour voir ta bouche
Et l'obscurité tout entière pour me rappeler tout cela
En te serrant dans mes bras

Je vous propose donc de déguster celui-ci.

Quel jour sommes-nous
Nous sommes tous les jours
Mon amie
Nous sommes toute la vie
Mon amour

Et puisque je veux parler d'amour, de rêves, de paradis et d'enfance avec Prévert...

Vous parlez comme un enfant, c'est dans les livres qu'on parle comme ça ou dans les rêves. Mais dans la vie...
Les rêves, la vie, c'est pareil! Ou alors ça vaut pas la peine de vivre. Et puis qu'est-ce que vous voulez que ça me fasse la vie, c'est pas la vie que j'aime, c'est vous !

On peut trouver ça niais mais qui n'a pas envie d'être un cancre ? Le ciel est décidément magnifique ce soir.

Le cancre. Paris at night. Chanson. Les enfants du Paradis. Jacques Prévert

Confinement de Zewed

Confinement. Jour 14. En réponse à mon texte d’hier, une amie m’a envoyé un lien vers un article France Culture.  C’est en quelque sorte un plaidoyer pour embrasser le rien puis l’affronter, plutôt que de remplir nos quotidiens de tout ces petites choses que l’on a l’habitude de ne pas regarder, par manque de temps. C’est un déculpabilsateur assez fort, cet article. Comment ne pas réussir son confinement.


Aller, je me lance. Je ne vais rien chercher. Je ne vais cocher aucune case, je vais seulement m’écouter et « ne faire rien plutôt que de ne rien faire ». Il n’y a que comme ça que je trouverai ce que je n’ai pas encore trouvé. Toutes ces choses que l’on esquive par le divertissement. J’ai remarqué que mes yeux et mes oreilles étaient toujours occupés à bloquer des pensées vertigineuses que, comme beaucoup d’humains, je ne sais pas gérer.


Peut être ne faire rien est le meilleur moyen pour se reconnecter à soi.
En attendant, je vous laisse posé là, l’article en question.

Comment (ne pas) réussir son confinement
Avec le confinement, soudain, certain.e.s d’entre nous ont du temps... beaucoup de temps... l’occasion de redécouvrir le goût du café le matin, apprendre à faire son pain, finir ce livre abandonné sur la table de chevet et autres petits riens. Géraldine Mosna-Savoye se demande : pourquoi faudrait-il…

Confinement de Nats

Moi ce matin à Auchan

En enfilant ma tenue de combat pour sortir ce matin, je pensais à ce qu'il ne fallait pas que j'oublie. 4kg de farine (pour le pain et les gateaux) , 6 litres de lait, 12 oeufs, etc ... Préparation à un confinement total sans sortie pendant au moins une semaine. Arrivé à Auchan, je cours vers le rayon farine, je sais qu'il y en a pas beaucoup alors vaut mieux y aller en premier. Il en reste un peu, je prends juste ce dont j'ai besoin et je laisse le reste. Déjà mon caddy est lourd, 4kg de farine ça pèse. Ensuite on attaque le rayon légumes ! Les mecs on est en confinement, pas besoin de tripoter 50 tomates pour en choisir une ! Faut pas que j'oublie de les nettoyer avant de les consommer.

Allez hop, après avoir eu beaucoup de mal pour monter le caddie chez moi, opération nettoyage des emballages. Mais qui suis-je devenu ?! Un grand malade ! Je nettoie tout et je stresse tout le temps à cause du COVID.

Allez bisous et restez chez vous !

Confinement de Louise

J’ai fait un rêve, ou plutôt un cauchemar, il y a deux jours. J’ai rêvé d’un homme qui me violait, qui violait ma liberté, ma pensée et mon corps.

J’ai eu peur hier soir de dormir et connaître la suite de ce cauchemar.

Heureusement rien ne s’est passé, mais je me suis tout de même réveillée avec une angoisse pour la prochaine nuit.

Je sais que ce n’est pas en lien avec mon passé mais mon futur. Comme une sorte de prédiction.

Bien évidemment j’ai regardé la signification, j’y crois pas totalement, mais ça me permet d’extérioriser.

Et je repensais à avant cet événement. Une semaine avant d’être confiné, j’ai eu la chance d’avoir passé une après midi à me promener avec une amie, on a fait la moitié de Paris à pieds, oui ne soyons pas trop optimiste tout Paris c’est chaud.

On marchait, sans aucune pression, il faisait beau, sans but,en parlant, et en se remémorant les souvenirs de chaque endroit où on passait. « Ma prépa était là » « j’ai embrassé trucmuche dans ce bar »  « j’ai vomi dans cette rue » bref des bons moments ! Des moments qui sont loiiiin derrière nous, comme si on avait 40 ans, avec cette envie de revivre ses moments où on était insouciantes, naïves et connes quoi.

Aujourd’hui cette envie revient en puissance puisqu’on a pas cette liberté, on doit la maintenir jusqu’à la fin de ce confinement.

Bientôt bientôt ! Restons optimiste, et si vous voulez c’est moi qui paye la première et la dernière tournée !

Confinement de Litilesiou

Il est bientôt 3h, je sors sur la terrasse fumer une dernière clope. Il y a cette atmosphère excitante d'une nuit agitée en bord de mer. Le vent souffle bruyamment, les arbres se mettent à danser, les bourrasques glaçantes relaient le tumulte grondeur des vagues au loin. Les nuages couvrent les astres, plaquant un noir complet sur ce tableau aux teintes presque mystiques. Chaque nuit, je m'installe au même endroit, mais je ne vois jamais la même toile. Comme une recette familière dont les saveurs et les senteurs ne ressortent jamais à l'identique. Hier, la lune éclairait le jardin, le ciel clair laissait scintiller des centaines d'étoiles. Avant hier, la symbiose d'une température douce et d'un silence total semblait capable d'apaiser les maux les plus troubles. C'est toujours une parenthèse que je laisse à mes sens plus qu'à mon esprit. Et chaque fois, comme une mini réminiscence, je replonge dans les nuits d'avant... Les contemplations se mélangent et l'instant présent n'existe plus vraiment, comme si toutes ces solitudes volées fusionnaient en une seule, garnissant de nouvelles nuances une palette déjà colorée par le temps.

C'est une sensation perturbante, que l'on connaît tous. On retourne dans tel lieu et on se retrouve instantanément connecté à une autre époque. Avant ça me faisait flipper. Je prenais conscience de l’impossibilité de fixer la quintessence d'un moment, d'un état, de saisir et d'emmagasiner les émotions et les sensations uniques d'un souvenir. Aujourd'hui, ça me fascine, comme si savoir qu'on ne vivra jamais exactement la même chose renfermait en réalité toute la richesse de ce moment.

Dans cette période de confinement où les jours se suivent et se ressemblent, j'ai d'abord eu peur de me perdre dans le flou des jours qui se répètent. Mais finalement, c'est agréable. J'ai le loisir, par la force de l'endroit et de tous les moments passés ici, de naviguer dans les sphères du temps, de reconnecter à mon âme d'enfant, à mes envies d'ados, à mes rêves de toujours. C'est un phare fixe dans une mer de vagues, le temps file mais lui reste là, comme un repérè indéboulonnable.  Le corps est prisonnier, mais l'esprit, lui, flotte à loisir au-delà des barrières, libre dans l'ivresse des souvenirs et des songes sans époques, qu'ils soient d'hier ou d'il y a 10 ans. Et c'est bon, dans cette période où prendre de la distance est nécessaire. Se laisser aller au plaisir de s'égarer, pour parfois mieux se retrouver. On parle souvent de l'importance de vivre le moment présent, voilà à mes yeux une arme indissociable et tout aussi puissante


Share Tweet Send
0 Commentaires
Loading...
You've successfully subscribed to Sous la Pluie
Great! Next, complete checkout for full access to Sous la Pluie
Welcome back! You've successfully signed in
Success! Your account is fully activated, you now have access to all content.